La Tour Chappe à Chiroubles - 1/3
  La ligne de télégraphe optique Chappe comportait 117 tours sur la ligne Paris-Toulon  
Patrimoine
Grille Midi
Plan de Chiroubles
Eglise Saint Gervais
La chapelle Saint-Roch
Victor Pulliat
Emile Cheysson
Histoire et anecdotes
Paysages et cadoles
La Terrasse
La Tour Chappe
Chiroubles en photos
La tour de Chiroubles devait être semblable à celle-ci (Marcy sur Anse).

Un mécanisme à 3 bras de 5 m 60 surmontait la tour.
Chaque indicateur peut prendre 7 positions, le régulateur 2 soit 7x7x2x2=196 positions mais seules 98 utilisées.
Transmettre 25 signes sur 450 km demandait 38 mn par temps favorable.

Deux agents, les stationnaires, étaient de service et se relayaient à midi chaque jour. Ils sont surveillés par un inspecteur qui a en charge 13 à 14 stations. Le 7 novembre 1847, le stationnaire Thomas Dulac est suspendu 15 jours pour avoir directement pris les signaux sur Marchampt, sans passer par la station de Quincié.
En mai 1845 le toit est détruit par un incendie ce qui vaut aux stationnaires une note sévère de la part du directeur du télégraphe.

En 1845 un stationnaire est payé 1,25 à 2,25 F/jour, un ouvrier spécialisé 3,75 F/jour. Mais les stationnaires sont en même temps viticulteurs ou paysans.

Sources :
Le télégraphe Chappe - Liste des tours - Chiroubles

Voir le site Thérèse Eveilleau - page Trucs-> Divers (bas de page)-> le télégraphe de Chappe
Le télégraphe Chappe - histoire- technique
Le télégraphe Chappe - le code
Conférence de Jean-Claude Laut - janvier 2012

La Tour de Chiroubles n°56, carrée de 5,6m, se situait entre Pruzilly (9 km 3) et Quincié (8 km 1)

Implantée à 635 m d'altitude, sur la crête du Fût d'Avenas à Durbize, elle servit de 1810 à 1853 puis fût désaffectée

Ses dimensions étaient environ les suivantes : 6,5 m de hauteur, sur une base de 5m x 4,5 m. Le mat s'élèvait 4 m au-dessus du toit. A l'étage se trouvait la salle de manoeuvre du télégraphe, au rez-de-chaussée la pièce de repos des stationnaires.

Le lieu-dit, au-dessus du hameau des Seignes, est nommé "Le Signal" - parcelle D 74.
Sur le terrain peu de traces, la tour désaffectée a été transformée en habitation avant d'être démolie vers 1925.

En 1858, un plâtrier de Villié, Louis Monnery dit Simon, achète à M. Gonin les parcelles de terrain et à la commune de Chiroubles le bâtiment, le restaure et le baptise "Pavillon Malakoff". Il décide d'organiser une loterie avec le pavillon comme lot, mettant en vente 15000 billets à 1 franc mais cette vente est jugée illicite. En 1887 la parcelle est revendue à Joseph Piquand, puis sa fille Jeannette le cède à son neveu François-Joseph Montel.

Voir le plan cadastral
Lieu-dit "Le Signal"

 
--> Page suivante
Patrimoine
Grille-Midi
Plan de
Chiroubles
Victor
Pulliat
Emile
Cheysson
Eglise
& Chapelle
La Terrasse de
Chiroubles
Les hameaux
Paysages et cadoles
Photos
Mise à jour 24 décembre 2019
      xxxxxxx
Mise à jour : 21/12/2019